Start Trial

23 April 2020

Automatiser son entreprise : cinq meilleures pratiques d’automatisation opérationnelle

23 April 2020

Automatiser son entreprise : cinq meilleures pratiques d’automatisation opérationnelle

The Economist Intelligence Unit a récemment sondé 502 dirigeants de plusieurs industries afin de mieux comprendre l’état actuel et futur de l’automatisation dans les entreprises du monde entier. L’étude montre que 90,8 % des entreprises recourent déjà à l’automatisation, 50,6 % l’employant même massivement.

 

Que vous soyez déjà en cours de passage à l’échelle ou révisiez simplement votre plan, nous vous présentons ici cinq meilleures pratiques opérationnelles à prendre en compte pour savoir comment profiter au mieux de l’automatisation à tous les niveaux d’opérations.

 

Meilleure pratique d’automatisation n°1 : développement d’une structure de gouvernance

 

Plus tôt vous mettez en place un processus de gouvernance, mieux c’est. Votre modèle de gouvernance de l’automatisation indique comment structurer les responsabilités pour évaluer et classer les opportunités d’automatisation. Les modèles les plus efficaces sont ceux qui fournissent des lignes directrices et des matrices pour le processus de déploiement des robots, en prévoyant notamment la coordination de la gestion du changement et l’auditabilité.

 

Selon l’Economist Intelligence Unit, 33,1 % des entreprises évoquent la protection et la sécurité des données lorsqu’il s’agit de citer des défis majeurs au déploiement de leurs automatisations.

 

De ce point de vue, la mise en place précoce d’un modèle de gouvernance vous permet de suivre les meilleures pratiques de protection et de sécurité des données. Elle vous donne aussi le temps d’itérer et de perfectionner vos lignes directrices d’automatisation robotisée des processus (RPA) et d’éviter toute mauvaise surprise au moment du déploiement.

 

Cela dit, les meilleurs résultats passent par l’établissement d’une communication étroite entre vos services opérationnels et vos équipes IT dès le début de la démarche. En l’absence de communication régulière et transparente entre eux, l’intégration technologique et la gestion des outils peuvent devenir particulièrement rebutantes. Tout effort de communication transversale doit aussi mettre en jeu l’équipe de cybersécurité, qui garantira une bonne gestion de l’accès aux bases de données isolées renfermant des informations sensibles. Une gouvernance bâtie sur la collaboration entre opérations et IT est indispensable au bon déroulement de la mise en œuvre du RPA. Il importe que les deux versants de l’entreprise travaillent de concert à l’intérieur du cadre de modèle de gouvernance pour suivre les politiques de la société, éviter les doubles emplois, créer des contrôles utilisateur, et suivre les problèmes de conformité touchant à la sécurité.

 

À ce titre, l’exploitation d’outils tels que UiPath Automation Hub, qui vise à établir un emplacement centralisé regroupant les membres des équipes des opérations et de l’IT, peut concourir à la réussite de votre stratégie d’automatisation.

 

Meilleure pratique d’automatisation n°2 : établissement d’un Centre d’excellence robotique

 

Le succès d’une industrialisation sans souci réside dans votre Centre d’excellence (CoE, Center of Excellence) robotique. Vous savez très probablement distinguer le concept de CoE d’autres initiatives opérationnelles.

 

Dans l’entreprise « Automation First », le CoE est une unité centrale formalisée gérant le développement et le déploiement des robots. Il se compose d’une équipe transversale chargée de mettre l’automatisation à l’échelle tout en actualisant vos processus de gouvernance. Cette équipe garantit des normes d’automatisation de qualité au fur et à mesure de l’accroissement du nombre et du champ d’action des robots au sein de votre entreprise.

 

Pour accompagner le bon déroulement d’une industrialisation pilotée par les employés, votre CoE se doit de standardiser l’automatisation, d’élargir ses actions de sensibilisation, et de fournir des bonnes pratiques. Avec UiPath Automation Hub, votre CoE peut gérer, visualiser, déployer et mesurer de manière centralisée les pistes d’automatisation dans toute votre entreprise.

 

 

 

Cette équipe CoE transversale, qui rassemble les dirigeants IT, la direction générale, le marketing et les représentants des différents départements, va gagner en maturité au fil de l’industrialisation. Que votre entreprise vienne d’entamer son parcours d’automatisation ou soit déjà bien avancée sur le chemin de l’industrialisation de sa stratégie, il est capital de comprendre le rôle majeur et unique joué par un CoE dans le parcours de transformation digitale.

 

À mesure qu’est peaufinée sa stratégie d’automatisation, le CoE va commencer à prendre en charge la formation des développeurs citoyens (les employés les plus créatifs techniquement, qui peuvent contribuer au développement et au déploiement des robots logiciels). Leurs connaissances s’enrichissant, ces développeurs citoyens créeront de nouvelles applications pour les utilisateurs professionnels et faciliteront l’adoption de la RPA conformément aux objectifs du CoE.

 

Le CoE robotique se trouve au cœur de votre transformation digitale. De son côté, l’outil Automation Hub constitue le système d’exploitation Windows (OS) du CoE, duquel les utilisateurs métier, les managers IT et les ambassadeurs RPA mènerons à bien l’industrialisation de votre stratégie d’automatisation.

 

Meilleure pratique d’automatisation n°3 : encouragement de l’automatisation pilotée par les employés

 

Entre 3 et 7 % de l’automatisation de vos processus sera conduite directement par votre CoE, sachant que les employés désigneront la plupart des autres flux de travail à confier aux robots.

 

Le renforcement des capacités des développeurs citoyens par la formation à la RPA permet aux entreprises de tirer profit des compétences des employés techniques et de valoriser quantité d’idées issues des intervenants les plus divers. Les employés ont par exemple la possibilité de suggérer des automatisations par le biais du Hub d’automatisation et de contribuer ainsi à alimenter le réservoir d’automatisations de l’entreprise.

 

 

Après quoi, en appliquant les recommandations de votre CoE, les développeurs peuvent automatiser les processus suggérés par les employés.

 

Prenons l’exemple de travailleurs sociaux qui, dans un organisme de soins de santé, doivent récupérer des données dans plusieurs centaines de documents différents pour travailler sur chaque dossier. Même si un CoE n’a pas de visibilité sur la complexité du processus, grâce à l’automatisation pilotée par les employés, les travailleurs sociaux peuvent signaler le processus comme étant propice à l’automatisation, puis se servir des robots fournis par le CoE pour scanner les documents et récolter les informations dont ils ont besoin au quotidien.

 

C’est donc en tenant compte des observations et des idées formulées par les employés que votre entreprise soutiendra une culture favorable à l’automatisation.

 

L’ère « Automation First » n’a pas fini d’évoluer. Les entreprises qui la domineront sont celles qui auront systématisé une culture ancrée dans les meilleures pratiques de transformation digitale.

 

 

Meilleure pratique d’automatisation n°4 : identification des processus à automatiser

 

L’automatisation se distingue par une multitude de cas d’usage et un potentiel illimité. Conséquence, les entreprises peuvent avoir plus de mal à dégager et à hiérarchiser les opportunités promettant le plus de croissance. La réussite de l’industrialisation de l’automatisation dépend d’une part, de votre aptitude à constituer un riche portefeuille ouvert à la circulation des idées d’automatisation, d’autre part, de l’existence d’un CoE veillant à ce que ces opportunités servent des objectifs plus larges.

 

Votre CoE va hiérarchiser les pistes d’automatisation suivant les objectifs généraux selon trois axes :

 

1. Classement des tâches en fonction du temps passé et de la fréquence d’occurrence en vue de maximiser le retour sur investissement (ROI).

 

2. Formation d’analystes opérationnels à la recherche de processus informatiques très répétitifs et bien documentés.

 

3. Identification des goulets d’étranglement potentiels et des lacunes de processus susceptibles d’être résolus par l’automatisation.

 

Cette démarche en trois étapes, destinée à identifier le potentiel d’automatisation, peut éclairer l’interprétation d’une cartogrpahie des processus et faciliter du même coup la découverte de cas d’utilisation potentiels de la RPA et la hiérarchisation de leur lancement.

 

 

Cette cartographie présente le potentiel d’automatisation au sein d’une banque de détail.

 

Les CoE les plus sophistiqués vont au-delà de la cartographie traditionnelle et font appel à l’outil Automatio Hub, qui pratique une analyse quantitative du ROI afin de pouvoir hiérarchiser les possibilités d’automatisation en un seul et même endroit.

 

 

Meilleure pratique d’automatisation n°5 : valorisation de l’écosystème d’automatisation

 

L’ère « Automation First » promet une foule de changements à l’échelle des entreprises, des régions et des économies. Heureusement, la croissance qui va avec s’est accompagnée de l’émergence d’une myriade d’experts technologiques prêts à intervenir à vos côtés.

 

 

En optant pour la meilleure plateforme d’automatisation d’entreprise complète et pour un développement stratégique mesuré, vous pouvez mener à bien en solo le parcours d’automatisation de votre entreprise. Cela dit, vous n’y êtes pas forcé. L’écosystème d’automatisation comprend en effet des experts qui vous aideront à prendre rapidement la voie du succès, à bâtir une stratégie grâce à leur expertise de l’industrie, et à résoudre tous les problèmes rencontrés.

 

UiPath propose un vaste écosystème de partenaires aptes à former votre équipe et à apporter des solutions technologiques. Il appartient à vos employés d’identifier les points de douleur existant dans votre organisation et ses processus, que vos partenaires d’automatisation peuvent ensuite vous aider à automatiser efficacement. Cela peut nécessiter l’association de processus entièrement automatisés et de flux de travail alliant connaissances humaines et travail robotique. Les experts vous permettront alors d’identifier la combinaison adaptée à chaque cas d’utilisation.

 

Lecture associée : 5 points à examiner lors de la sélection d’un partenaire d’automatisation Par ailleurs, les experts en automatisation mettent à votre disposition des connaissances pointues qui vous serviront au dimensionnement de la suite complète de technologies d’automatisation dont vous avez besoin pour innover, à savoir l’apprentissage automatique ou Machine Learning (ML), l’intelligence artificielle (IA) et la reconnaissance optique des caractères (OCR).

 

Au moment de sélectionner un expert, n’oubliez pas de préciser vos objectifs à court et à long terme : de cette façon, vous trouverez un expert qui grandira à vos côtés en vous aidant à déterminer et à régler les problèmes rencontrés sur tout votre parcours d’automatisation.

 

Exploitez les modèles descendants et ascendants pour faire de votre automatisation un succès

 

Les entreprises qui prospéreront dans l’ère « Automation First » sont celles qui conjugueront une démarche ascendante et une démarche descendante pour réaliser leurs opérations. Leurs différents collaborateurs mettront en œuvre une expertise, des approches et des aptitudes variées, mais en misant sur le bon modèle opérationnel, ils pourront travailler en direction d’une vision commune.

 

Demandez un exemplaire gratuit du rapport Bienvenue dans l’ère « Automation First » : le guide qui assure le succès de votre entreprise dans un monde automatisé pour savoir comment créer une entreprise « Automation First ».

 

 

Ou, si vous êtes en cours de développement et que vous souhaitiez obtenir de l’aide pour lancer votre automatisation, contactez-nous. Nous serons heureux de vous accompagner.

 


by Diego Lomanto

Show sidebar