Start Trial

23 April 2020

Votre organisation est-elle prête à répondre à ses besoins croissants de compétences d’automatisation?

23 April 2020

Votre organisation est-elle prête à répondre à ses besoins croissants de compétences d’automatisation?

Il y a beaucoup à dire sur l’avenir du travail. Même si les spéculations vont bon train à ce sujet, une chose est presque certaine : il sera placé sous le signe de l’automatisation. En quête constante de moyens leur permettant d’exécuter les tâches plus rapidement, plus précisément et à moindre coût, les entreprises sont à l’affût de toute opportunité d’automatisation des processus.

 

L’impact de l’automatisation et des technologies intelligentes sur l’avenir du travail est global, selon une étude commandée à Forrester Consulting par UiPath.

 

Si les organisations traversent depuis plusieurs années une période de transformation digitale, note l’étude, « seule une technologie a réellement montré des capacités transformatrices : l’automatisation. Elle remodèle les activités et améliore directement les résultats financiers du fait d’une productivité accrue. »

 

Mais la soif croissante d’automatisation a aussi une conséquence : les personnes dotées des compétences correspondantes sont de plus en plus recherchées.

 

La recherche industrielle révèle d’ailleurs une nette augmentation de la demande de professionnels disposant de ces compétences. Par exemple, dans son indice 2019 des compétences en tension sur le marché américain des emplois indépendants, la plateforme de recrutement Upwork classe les compétences portant sur l’automatisation robotisée des processus (RPA) en troisième position parmi celles ayant connu la plus forte croissance au cours du premier trimestre. Seules les compétences en fiscalité américaine et les compétences Hadoop arrivent devant. Constatée dans le rapport d’Upwork, la familiarisation progressive des organisations avec l’automatisation explique pour partie la position des compétences RPA en haut de classement, et leur entrée dans l’indice pour la première fois.

 

« Dans le monde entier, le marché du travail se tend, et pour de nombreuses compétences, les employeurs peinent de plus en plus à trouver des candidats à l’échelle locale », rapporte Stéphane Kasriel, PDG d’Upwork. Dans son Emerging Jobs Report 2020, LinkedIn place l’ingénieur en robotique en deuxième position dans sa liste des 15 premiers emplois émergents aux États-Unis, avec une croissance annuelle de 40 %. « La robotique est un secteur en pleine explosion », indique le rapport. Les carrières en ingénierie robotique peuvent énormément varier suivant que les postes concernent les logiciels ou les matériels, les données fournies par LinkedIn montrant également que le nombre d’ingénieurs travaillant à la fois sur les robots virtuels et physiques est en progression.

 

Dans le cadre des recherches menées pour son étude intitulée The Future Of Work Is Still Being Written, Forrester a conduit de son côté une enquête en ligne auprès de 270 décideurs de groupes opérationnels, de services partagés, de la finance et d’autres secteurs d’activité aux États-Unis, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, au cours de la période allant d’octobre à décembre 2019.

 

Entre autres grandes conclusions, il s’avère que l’automatisation progresse plus rapidement que les connaissances dont a besoin l’entreprise pour l’accompagner. Avec l’émergence des technologies basées sur l’intelligence artificielle (IA), les organisations doivent faire évoluer leurs approches de gestion du changement en tenant compte de la culture, des compétences et des structures organisationnelles de façon à tirer profit au maximum de leur potentiel.

 

Pour aider les organisations à préparer le monde du travail de demain, Forrester a regroupé plus de 800 professions suivies par le Bureau national des statistiques du travail en 12 profils d’automatisation. Selon l’étude, les entreprises compteront plusieurs types de profils. Pour réussir, il leur reviendra de prévoir des changements au niveau des différents profils, sachant que l’automatisation affectera chacun d’eux différemment.

 

Compétences d’automatisation : les bonnes pratiques

 

Que doit faire votre entreprise pour trouver les compétences d’automatisation dont elle a besoin maintenant et à l’avenir ? L’étude de Forrester émet plusieurs grandes recommandations à ce sujet.

 

  • Identifier proactivement les 12 profils de travail. Cela implique d’organiser, d’examiner et de personnaliser des programmes au sein des différentes catégories établies par Forrester, à savoir : les élites digitales, les chargés de mission, les exclus du digital, différentes formes de travailleurs intellectuels, les employés travaillant en open space, ceux dépendant d’un lieu précis, et ceux exécutant des tâches physiques. Ces profils et besoins divergeront sensiblement à mesure que l’automatisation progressera, remarquent les auteurs de l’étude.
  • Penser à faire évoluer structurellement la manière dont votre entreprise recrute, retient et gère les salariés. « La main-d’œuvre associera des employés à plein temps et des talents dépourvus de tout lien formel avec l’entreprise », lit-on dans l’étude de Forrester, qui ajoute : « Les travailleurs passeront d’un poste à un autre en franchissant les frontières organisationnelles plus librement que jamais ». Un tel changement appelle donc une préparation au sein des organisations.
  • Élaborer de nouveaux programmes de certification digitale en interne, sans négliger l’aide de partenaires spécialisés. Se tourner vers des prestataires de services d’automatisation et de plateformes pour enrichir vos programmes internes.
  • Concevoir un processus formel pour identifier les employés aux « ambitions constructives », indique l’étude. Le relèvement de la rémunération et l’amélioration de la sécurité de l’emploi nourriront les ambitions de ces individus, qui acquerront en contrepartie de nouvelles compétences. Donner à ces personnes la possibilité de s’adapter au nouveau contexte d’automatisation.

 

Comme le précise Forrester dans son étude, l’automatisation procure une formidable valeur aux entreprises. « L’automatisation n’est pas un projet futuriste, elle se déroule ici et maintenant et offre des avantages opérationnels tangibles », mentionne l’étude.

 

« L’automatisation des tâches répétitives à base de règles permet aux employés de se concentrer sur des activités à plus forte valeur ajoutée qui nécessitent des compétences poussées, renforcent leur engagement et améliorent la satisfaction de la clientèle ».

 

Plus tôt les organisations sauront combler leur déficit de compétences, plus vite elles seront en mesure de tirer le maximum de bénéfices de l’automatisation.

 

Téléchargez l’étude complète

 

 

 

 

Bob Violino est journaliste indépendant dans le domaine économique et technologique. Vous pouvez le joindre à l’adresse : bviolino@optonline.net.

 


by Bob Violino

Show sidebar